Quelle est ma forme ? (2/6)

Quelle est ma forme ? (2/6)

Concept illusoire ou réel ?

Le moteur détermine tout le reste. C’est bien vrai, n’est-ce pas ? Lorsque je regarde un moteur, que ce soit une moto, une voiture, un camion, un train, un avion, je peux assez facilement déterminer les caractéristiques de son enveloppe et de ses fonctions : notamment sa puissance, sa capacité, son endurance, sa vitesse, sa consommation, son fonctionnement, son utilité dans un domaine ou une autre. C’est ainsi qu’on pourrait le comparer au cœur humain. Bien qu’il soit visible physiquement à l’intérieur du corps, le cœur a des caractéristiques qui font de lui le centre de commandement de chacune de nos vies, comme la Bible le dit de façon imagée en Proverbes 27.19 : « Tout comme l’eau reflète un visage, le cœur de l’homme reflète l’homme.» Notre cœur est ce qui fait que nous sommes « nous » et pas une autre personne ! Dieu nous a faits avec un battement de cœur émotionnel qui est propre à l’individu que nous sommes , qui se traduit par l’intérêt particulier que nous portons à certaines choses et pas à d’autres. Il y a une raison divine à cela. Les intérêts que nous avons dans tel ou tel domaine ont été suscités par Dieu pour un but précis. La Bible nous dit que notre cœur détermine trois choses :

  1. Ce que nous disons.
    « En effet la bouche exprime ce dont le cœur est plein » Matthieu 12.34b.
  2. Ce que nous ressentons.
    « En effet, la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante que toute épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à séparer âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur » Hébreux 4.12.
  3. La manière dont nous agissons.
    « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui jaillissent les sources de la vie » Proverbes 4.23.

Sur la base du livre d’Erik Rees, F.O.R.M.E., j’aimerais vous partager de façon succincte les 5 éléments qui font de nous qui nous sommes. Dans cet article et les 3 suivants, nous allons découvrir cet acronyme F.O.R.M.E. qui nous permet de comprendre comment nous sommes façonnés et en quoi cela affecte chaque domaine de notre vie : nos relations, notre carrière, nos finances, notre retraite, nos plaisirs, nos passe-temps, nos moments de détente, etc.

Examinons donc le deuxième élément de notre F.O.R.M.E. : notre Orientation du cœur.

O – Orientation du cœur

Vivre selon les désirs de notre cœur, selon les motivations et les aspirations que Dieu a placées en nous apporte des résultats. La Bible dit : « Tout ce que vous faites, faites-le de tout votre cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes » (Colossiens 3.23). Nous devrions toujours œuvrer selon notre cœur, selon les motivations que Dieu a mises en nous.

Comment savoir si ce que nous faisons est le résultat des aspirations profondes de notre cœur ? Comment savoir si le travail que nous effectuons correspond aux désirs profonds du cœur que Dieu nous a façonné ? Vivre selon les désirs profonds de notre cœur revêt trois caractéristiques :

  1. L’enthousiasme
    Quand nous faisons ce que nous aimons faire, nous en retirons un réel plaisir et une vraie satisfaction. Si nous éprouvons du plaisir à faire une chose, c’est sans doute parce que nous sommes doués pour l’accomplir. Nous aimons faire ce pour quoi nous sommes doués. Quand le travail que nous avons à accomplir répond aux désirs profonds de notre cœur, la motivation est naturellement présente. Nous n’avons besoin de personne pour nous encadrer, nous motiver ou nous encourager, nous agissons par simple goût ou plaisir.
  2. L’efficacité
    Quand nous faisons ce que nous aimons faire, ce pour quoi nous avons le don et la disposition du cœur, nous le faisons bien. La clé pour être productifs dans notre vie, c’est de faire ce que nous aimons faire ! Un autre mot employé aujourd’hui pour désigner cette réalité est le mot « passion ». La passion est la motivation profonde qui nous pousse à nous donner tout entiers pour une idée, une cause, une personne. La passion peut être au service du bon comme du mauvais. La passion peut être vécue égoïstement ou mise au service des autres. Dieu a de la passion. La différence entre la passion et la convoitise est la suivante : plus nous faisons les choses avec passion, plus nous sommes satisfaits ; plus nous convoitons de choses, moins nous sommes satisfaits. Les gens passionnés obtiennent des résultats. Ils accomplissent des choses concrètes. Moïse avait une passion : libérer les esclaves qui étaient en Égypte depuis 400 ans. David avait une passion : construire un temple pour l’Éternel. Néhémie avait une passion : construire un mur autour de Jérusalem. Paul avait une passion : partager la Bonne Nouvelle partout où il allait. Les gens passionnés, ceux qui ont changé le monde, n’étaient pas plus intelligents, plus instruits, plus riches, ni même plus doués que les autres. Les gens qui ont changé le monde, qui ont eu un réel impact, étaient des gens qui étaient à l’écoute de leur cœur ; ils avaient une passion, une conviction. Ils agissaient au diapason de leur cœur profond.
  3. L’excellence
    Quand nous mettons tout notre cœur dans ce que nous faisons, nous le faisons de la meilleure façon possible. Ceci est évident dans le sport. Si nous demandons aux plus grands athlètes, tous sports confondus, ce qui les motive, ils répondent que c’est le fait qu’ils aiment ce qu’ils font ! Certes, ils sont très bien payés, mais les athlètes qui durent sont ceux qui ont une véritable passion pour le sport qu’ils pratiquent. La passion survit au bénéfice. On le constate particulièrement chez certains athlètes pour qui, ce qui compte essentiellement, c’est d’être sur un terrain de sport ; ils sont passionnés au-delà du fait d’être payés grassement.
    Quand nous faisons ce que nous aimons faire, la publicité n’a pas d’importance, elle n’est pas nécessaire. Nous ne travaillons pas pour les applaudissements ou les éloges. Si nous avions posé la question à Mère Teresa : « Pourquoi avez-vous passé votre vie entière dans les taudis de Calcutta à aider les plus pauvres d’entre les pauvres et les lépreux ? » nous n’aurions pas imaginé qu’elle réponde : « J’espérais un jour gagner un Prix Nobel de Paix. »  Elle n’y a pas même pensé. Le Prix Nobel était peu important, elle avait simplement un cœur pour aider les gens en souffrance. Elle a agi sous l’impulsion son cœur. Tout le monde a-t-il reçu de Dieu une passion, un désir profond, un rêve, une ambition ? Oui. Nous avons tous reçu de Dieu un désir profond, mais souvent les douleurs, les craintes et certains doutes l’étouffent au point où nous ne sommes plus conscients que nous avons en nous ce désir.

Pour aller plus loin, je vous invite à vous procurer le livre F.O.R.M.E. Le prochain article traitera du troisième élément (R) de notre forme.

À vous !

Comment vivez-vous votre passion ? Quelles sont les entraves à vivre ce qu’il y a dans votre cœur ?

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *