L’humilité. Un signe de faiblesse ?

L’humilité. Un signe de faiblesse ?

Force ou faiblesse que l’humilité ? Et si c’est une force, un atout, comment la développer ?

Dans mon éducation et environnement d’origine, on m’a inculqué que se mettre en avant n’est pas un bon trait de caractère. Par contre, se mettre en retrait, parler le moins possible de soi, ne pas reconnaître ses forces et atouts sont des caractéristiques de l’humilité. Et finalement, le message qu’on nous a fait passer est que l’humilité consiste à se rabaisser et à se dire qu’on n’est pas si bon que ça après tout.

Bien sûr, je force un peu le trait en décrivant de cette façon les caractéristiques d’un bon chrétien rempli de l’humilité de Jésus-Christ. Et, après bien des années, j’ai réalisé que cette description et cette façon de rechercher la ressemblance à Jésus-Christ ne correspondaient pas à une conception équilibrée.

Il est vrai que ce qui attire chez une personne n’est souvent pas la mise en avant de ses exploits (qui peut rapidement devenir excessive), mais plutôt sa manière honnête et équilibrée d’en parler, où la place est faite aussi aux manquements et faiblesses. Pour moi, c’est le contact avec le pasteur Rick Warren et ses enseignements qui m’ont amenés à une compréhension plus claire et attrayante de l’humilité.

J’aimerais ainsi partager 4 aspects qui aident à caractériser un caractère humble.

1.     Être honnête par rapport à ses faiblesses
Lorsqu’on reconnaît ses points faibles, on attire les autres en se mettant à leur niveau, car eux aussi ont des points faibles. La force d’un être humain, c’est de reconnaître qu’il n’est pas bon en tout. On peut observer cela lors d’une discussion, lorsqu’un point faible est soulevé auprès de quelqu’un. Si la personne se cabre et cherche des excuses, elle risque de s’enliser toujours davantage et ce sera à son détriment. D’ailleurs, cela se voit facilement au contact des enfants. Malheureusement, beaucoup d’adultes n’ont pas appris cette leçon si importante à mettre en œuvre pour susciter non seulement l’empathie, mais aussi le respect des autres.

2.     Ne pas nier ses forces
Ne nous méprenons pas ici, il n’est pas écrit : « Mettre ses forces en avant. » C’est justement là un des secrets de l’humilité. Souvent une personne, peut-être proche de nous, va nous remercier pour un service ou relever un de nos points forts. Si nous ne reconnaissons pas ceux-ci en remerciant la personne, mais qu’au contraire nous disons, par exemple, que ce n’est rien, que faisons-nous ? nous minimisons la reconnaissance de notre qualité, et ce faisant nous réclamons une approbation plus grande. Ce qui peut alors nous conduire à l’orgueil. Alors que si nous acceptons les remarques encourageantes, en étant reconnaissants, cela signifie que nous acceptons notre personne à sa juste valeur. De surcroît, nous pouvons remercier Dieu de nous avoir doté de telles capacités pour tel ou tel service ou de nous avoir placés au bon endroit et au bon moment.

3.     Penser aux autres et non à soi-même
Voici un aspect plus facilement négligé avec des personnes proches et que l’on connaît bien. Et pourtant, mettre les intérêts des autres avant les nôtres est quelque chose que Jésus a bien mis en œuvre lorsqu’il était sur cette terre. Bien entendu, on pourrait longtemps débattre d’une dérive possible du fait de placer les autres avant soi-même, mais là n’est pas le sujet, ce qui importe c’est de respecter prendre en compte à sa juste valeur ce que l’autre souhaite et dans la mesure de nos possibilités et valeurs.

4.     Dépendre en tout de Dieu
Autrement dit, lui faire totalement confiance dans tous les aspects de notre vie. Être à son écoute au quotidien pour toutes nos décisions à prendre et activités à entreprendre. Il souhaite être impliqué dans notre vie journalière, dans nos pensées, nos réflexions. Il se plait à ce qu’on échange nos pensées avec lui comme on échangerait avec notre confident. Ce point résume en fait bien ce qu’est l’humilité : dépendre en tout de Dieu, marcher avec lui main dans la main, à son pas et selon son conseil.

Ayant tenté de définir en peu de mots ce que l’humilité est et n’est pas, j’aimerais souligner que cette caractéristique n’est pas quelque chose d’inné, mais est bien une manière de vivre qui est à développer sans cesse afin qu’elle devienne de plus en plus naturelle. Pas facile, lorsque tant de circonstances autour de nous nous montrent le contraire. Lorsqu’on est offensé, on est touché en fait dans son orgueil, mais lorsqu’on remet à Dieu cette offense pour qu’il s’en occupe lui-même, cela devient un facteur de développement de l’humilité. L’humilité est donc un choix délibéré, ce n’est pas quelque chose qui se mettra en œuvre malgré nous. Et tous les jours, nous sommes encouragés à accepter l’aide de Dieu dans ce domaine, comme le montrent ces quelques versets :

Soumettez-vous donc à Dieu, mais résistez au diable et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous… Ayez conscience de votre misère… Humiliez-vous devant le Seigneur et il vous élèvera.     Jacques 4.7-10 (S21)

À vous !

Quelles sont vos expériences dans ce domaine ?

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *